Recueils de nouvelles

HISTOIRES DU TOUT VENANT.

SERGE CAZENAVE-SARKIS

Aux éditions BOZON2X
Recueil de nouvelles:
2018 "EMBRASSADES ET SIMAGREES"

Aux éditions de l'Abat-Jour
http://editionsdelabatjour.com/
Recueils de nouvelles:
2013 "HIRONDELLE OU MARTINET?"
2014 "AMIS IMPARFAITS"
2015 "AVANT TERME"
2016 "SANS PARTAGE"

À l'Atelier d'images - Patrice Goré:
Notes illustrées. 2009.

Donneur de voix à: "Je lis pour toi" - Ligue Braille Belgique.

Ouvrages collectifs:
Milan éditions - Mikado.
Jacques Flament éditions.
Past'elles éditions.
Revue L'Ampoule.
Revue Rue Saint Ambroise.
Revue Squeeze
...

lundi 2 juillet 2018

Le pandémonium littéraire de Marianne Desroziers


https://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2018/07/embrassades-et-simagrees-de-serge.htm

Si Serge Cazenave-Sarkis gagne à être connu d’un public plus large, j’ai pour ma part le privilège de le connaître depuis plusieurs années.
J’ai d’abord découvert avec une jubilatoire stupeur ses premiers textes envoyés aux éditions de l’Abat-Jour et que nous avons choisi de publier dans la revue l’Ampoule. Puis, j’ai été une lectrice heureuse de ses 4 livres publiés chez cet éditeur (voir mes critiques d'"Amis Imparfaits" et d'"Hirondelle ou martinet?" et le site de l'Abat-Jour). Enfin, j’ai eu grand plaisir à inviter Serge à deux rencontres littéraires que j’ai organisé avec mon association Des livres et nous : les Parenthèses Littéraires avec Murièle Modély puis le festival Mézin fête les écrivains avec une dizaine d'autres auteurs. Nous nous sommes aussi rencontrés à la Z.A.L. de Montpellier où nous étions tous les deux invités. A ces occasions, j’ai pu observer Serge conteur, captiver son auditoire suspendu à ses lèvres.
Car SCS n’a pas son pareil pour planter un décor (souvent banal mais très précisément décrit), instaurer une ambiance (souvent lourde) décrire des personnages a priori ordinaires mais qui cachent souvent des drames humains, des destins brisés, nourris de sentiments intenses, de relations faites d’ambiguïtés, non-dits, secrets de famille, haine recuite, orgueil ravalé, désir sourd de vengeance, humiliations refoulées, envie, jalousie, amour à sens unique, solitude abyssale… Autant de sentiments susceptibles de créer des situations explosives, véritables bombes à retardement en matière de faits divers.
C’est encore le cas dans ce recueil édité par les éditions belges Bozon2X et dont la couverture est illustré par l’artiste Yvon Saillard (on se souvient qu’une de ses peintures illustrait déjà “Sans partage”, recueil précédent de Serge Cazenave paru il y a deux ans aux éditions de l’Abat-Jour).
Si j’ai aimé l’ensemble des 5 nouvelles qui constituent “Embrassades et simagrées”, que j’ai lu avec dans l’oreille la voix douce et feutrée de l’auteur donnant vie à ses personnages avec brio, c’est “Les pieds dans les heures” qui m’a le plus marquée, à la fois au moment de la lecture, par mon étonnement face au récit à double fond allié à la chute très surprenante que je n’ai pas du tout vu venir, et par la trace laissée dans ma mémoire plusieurs jours après (ce qui n'est pas si fréquent en tant que lectrice!).
Le personnage d’Alfred, discret cantonnier auquel le narrateur imagine un glorieux passé m’a beaucoup intriguée, par son allure, son caractère, son mystère, puis j’ai été curieuse de la relation triangulaire entre le Alfred d’une part, le narrateur de l’autre et le petit peintre, intrus qui casse l’équilibre fragile du duo, enfin j’ai été fascinée et effrayée par la mécanique tragique qui se met en place.
La narration dans cette nouvelle très dense est extrêmement bien menée, le suspens bien dosé, rien n’est révélé trop tôt… ou trop tard : du grand art ! Idem pour la nouvelle intitulée “Acte manqué” dont j’ai beaucoup aimé l’étrangeté et la noirceur.
La violence qui nous coupe quasiment le souffle à la lecture des nouvelles de SCS est à la hauteur des élans de tendresse contrariés minant ses personnages : miroir de nos fragilités humaines.


Pour écouter un extrait lu par l’auteur, ou le lire, en savoir plus sur SCS et commander directement l'ouvrage auprès de l’éditeur, c’est par là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire